Voyageurs de la Contérégie

J’étais présent à la réunion numéro «zéro» du Cercle des Conteurs des Cantons de l’Est! J’aime bien dire que je suis l’un de membre fondateur(!), mais cela ne fait pas de moi un meilleur conteur. Ce qui m’a permis de m’améliorer, ce sont les échanges et les rencontres, l’écoute des autres et ma propre prise de parole, le temps et le cheminement que nous avons fait ensemble.

Mon brevet d’enseignant en poche, j’ai quitté les Cantons de l’Est pour venir m’établir sur les rives du Richelieu, au pied du Mont-Saint-Hilaire. Une fois ma carrière en enseignement bien débutée, mon premier fils bien né et ma maison achetée, l’envie de conter est revenue me hanter. Heureusement pour moi, il y a un Cercle des Conteurs du Mont-Saint-Hilaire. Mes contes avaient la bougeotte et j’ai trouvé au cercle un public prêt à les dégourdir.

Aujourd’hui, je sens le besoin de participer à un cercle qui ressemble à celui de Sherbrooke, une rencontre entre conteurs où l’on prépare nos contes à rencontrer le public. Trouver des gens pour participer à ce cercle ne sera pas compliquer. Trouver un lieu pour se rassembler sera une formalité. Mais mon problème, mineur direz-vous, à été de trouver un nom à ce nouveau cercle. Il y a déjà un Cercle des Conteurs du Mont-Saint-Hilaire. Je ne me vois pas démarrer un Cercle des Conteurs de Beloeil, de la Montérégie, de la Vallée du Richelieu… J’ai aussi pensé changer de forme: Le Carré des Conteurs du Mont-Saint-Hilaire. Drôle, mais simpliste. Et ne parlons pas de triangle ou de pentagone…

Un jeu de mots m’est alors venu en tête. Conte + Montérégie = Contérégie. Ça m’a l’air d’un beau pays où vivent les contes. Contérégie, j’aime ça. Cercle des Conteurs de la Contérégie… c’est bien, mais y’a trop de C. Conteur + Contérégie: il y a déjà le mon conte dans Contérégie. Association, guilde, regroupement… Pas vraiment.

Puis m’est venue l’idée des voyageurs. Les voyageurs, comme les coureurs des bois et les bûcherons d’autrefois, étaient des conteurs. Les chants et les contes les accompagnaient tout au long de leurs périples dans le Nord-Ouest canadien. Et le concept de voyageur s’applique parfaitement au conteur. Après tout, devenir conteur n’est pas une finalité, c’est plutôt un cheminement sans fin, un voyage qui dure toute une vie. Chaque conteur développe sa façon de conter selon ce qu’il a dans son bagage, selon les chemins qu’il emprunte. Les conteurs sont des voyageurs de l’imaginaire.

Je propose donc que ce nouveau cercle des conteurs soit nommé «Les Voyageurs de Contégérie». Nous suivrez-vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>